Menu Cabinet avocats Cazamajour et Urbanlaw
Recherche Cabinet avocats Cazamajour et Urbanlaw Recherche
Logo Cazamajour Avocats
Accueil >  Blog  > Blog


Article juridique : Immobilier


QPC contre le pouvoir de visiter les locaux à usage d’habitation des agents assermentés municipaux (cour de cassation, troisième chambre civile, 17 janvier 2019 n°18-40.040)

Apport de l’arrêt : En application, des articles L. 651-4, L. 651-6 et L. 651-7 du code de la construction et de l’habitation, les agents assermentés du service municipal du logement disposent du pouvoir de visiter les locaux à usage d’habitation situés dans le territoire relevant du service municipal du logement. Cette visite peut s’effectuer en présence ou en l’absence du propriétaire, avec ou sans son accord.

 

 Or, il n’existe pas de mécanisme d’autorisation judiciaire préalable ni de recours effectif contre la décision de visite ni enfin de mécanisme de contrôle par l’autorité judiciaire des opérations menées. C’est pourquoi les requérants ont formé une question prioritaire de constitutionnalité conformément à l’article 61-1 de la Constitution.

 

Les articles L. 651-4, L. 651-6 et L. 651-7 du code de la construction et de l’habitation sont-ils conformes aux principes de protection de la liberté individuelle et d’inviolabilité du domicile tels que garantis par les articles 66 de la Constitution ainsi que 2, 4 et 16 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 ?

 

Texte intégral :

 «  Demandeur (s) : M. X... ; et autre

Défendeur (s) : Ville de Paris, représentée par son maire en exercice


Attendu que, faisant grief à M. X... et Mme Y..., propriétaires d’un local à usage d’habitation, d’avoir changé sans autorisation l’usage de ce local en le louant pour de courtes durées à une clientèle de passage, la Ville de Paris les a assignés en la forme des référés aux fins de voir prononcer une amende à leur encontre et ordonner, sous astreinte, le retour à l’habitation des locaux ; que le président du tribunal de grande instance a transmis la question prioritaire de constitutionnalité suivante :

 

« Dans la rédaction des articles L. 651-4, L. 651-6 et L. 651-7 du code de la construction et de l’habitation applicables au litige, le pouvoir conféré aux agents assermentés du service municipal du logement de visiter les locaux à usage d’habitation situés dans le territoire relevant du service municipal du logement et prévoyant que l’occupant ou le gardien du local est tenu de laisser visiter sur présentation de l’ordre de mission, que la visite s’effectue en sa présence et qu’en cas de carence de la part de l’occupant ou du gardien du local, l’agent assermenté du service municipal du logement peut, au besoin, se faire ouvrir les portes et visiter les lieux en présence du maire ou du commissaire de police, les portes devant être refermées dans les mêmes conditions, ce sans qu’il soit organisé de mécanisme d’autorisation judiciaire préalable ni de recours effectif contre la décision de visite ni enfin de mécanisme de contrôle par l’autorité judiciaire des opérations menées, sont-ils conformes aux principes de protection de la liberté individuelle et d’inviolabilité du domicile tels que garantis par les articles 66 de la Constitution ainsi que 2, 4 et 16 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 ?  » ;

 

Attendu que les dispositions contestées sont applicables au litige au sens de l’article 23-2 de l’ordonnance du 7 novembre 1958 et n’ont pas déjà été déclarées conformes à la Constitution dans les motifs et le dispositif d’une décision du Conseil constitutionnel ;

Attendu que la question posée présente un caractère sérieux dès lors que ces dispositions reconnaissent aux agents assermentés du service municipal du logement le pouvoir de pénétrer dans des lieux à usage d’habitation en l’absence et sans l’accord de l’occupant du local, sans y avoir été préalablement autorisés par le juge judiciaire, qu’elles ne comportent pas de précisions suffisantes relatives aux conditions d’exercice des visites des locaux et d’accès aux documents s’y trouvant et ne prévoient pas de voies de recours appropriées permettant de faire contrôler par un juge la régularité des opérations ;

D’où il suit qu’il y a lieu de la renvoyer au Conseil constitutionnel ;

 

Par ces motifs :

RENVOIE au Conseil constitutionnel la question prioritaire de constitutionnalité ; »  

 

Question prioritaire de constitutionnalité-QPC-agents assermentés-agents municipaux-visite des locaux-absence de contrôle judiciaire-absence d’autorisation judiciaire-avocats droit de l’urbanisme-avocats droit de l’immobilier-avocats Bordeaux.

 

 


0 commentaire

Laisser un commentaire



Question de sécurité * :
Quelle est la deuxième lettre du mot SPOOU ?
 

*Champs obligatoires